Comment accélérer la mise à l’emploi en CDI des jeunes diplômés ?

mise à l’emploi

Depuis 2020, les jeunes fraîchement diplômés se retrouvent dans une circonstance de précarité alimentaire, financière et de crise psychologique. Ils doivent se confronter à une baisse importante d’apprentissages, de stages et d’emplois. Le mois d’août 2020, on dénombrait 543 000 inscrits de moins de 25 ans et sans emploi à Pôle emploi, et ce, contre 472 200 en février. Ceux qui sont diplômés en 2020 et 2021, et qui arrivent sur le marché de l’emploi actuel se retrouvent dans un marché très compliqué au regard de l’incertitude du contexte économique et sanitaire. Heureusement, de nombreux dispositifs ont été mis en place afin d’aider les jeunes à avancer et les guider dans la quête de leur premier métier.

Le Village de l’emploi : une véritable solution carrière pour les débutants

On reconnait tous que le Village de l’emploi est un acteur actif et même de longue date dans l’univers de profession des jeunes, ainsi que dans le monde porteur des SI (ou encore Systèmes d’Information). Son alternative est une plateforme de collaborateurs professionnels et d’experts afin d’élever en compétences les jeunes diplômés et leur garantir l’accès à des métiers porteurs de consultants SI. Avec une méthodologie pédagogique pratiquée depuis 23 ans, il permet aux jeunes diplômés d’entrer sur le marché du métier en CDI, avec un niveau opérationnel, et de devenir un professionnel en un temps accéléré.

Depuis le début de la crise sanitaire, les responsables pédagogiques sont les seules personnes autorisées à se présenter au centre pour une réunion de coordination avant la période de télétravail. L’enjeu est de préserver le contact avec tous les apprentis pour poursuivre leur montée en compétences, ainsi qu’avec l’univers professionnel afin de sauver les métiers des anciens étudiants tout en organisant la sortie de crise et de fonder de nouvelles professions. Les enseignants en activité sont mobilisés chaque jour pour garantir le suivi du planning établi et des cours, et envoient divers supports de travail, des questionnaires de validation, des examens et des suivis de travaux pratiques. Ils perpétuent également leur travail d’affinité avec le marché des projets afin de préserver les missions des diplômés en phase d’accompagnement après leur sortie du centre et de déceler de nouvelles missions pour les apprenants en cours de programme.

Ainsi donc, les jeunes diplômés sont pris en charge à distance sur plusieurs axes techniques : professions et communication, maîtrise d’ouvrage, projets, production, technologies de pointe, informatique décisionnelle… Si vous voulez découvrir de plus amples informations sur le sujet, vous avez la possibilité de consulter plusieurs village de l’emploi avis disponibles sur Internet.

Une prime pour toute compagnie qui embauche des jeunes

Toutes associations et sociétés mentionnées dans l’article L. 5134-66 du Code du travail peuvent profiter de la prime à l’embauche d’alternants. Cette aide de 4 000 euros par contrat prépare un jeune employé à temps plein à un diplôme, un titre Master ou inférieur. Il s’agit d’ailleurs d’une offre réduite dans le temps : elle n’est valable que pour les contrats d’apprentissage et de professionnalisation conclus entre le 1er août 2020 et le 31 mai 2021. Bien évidemment, quelques conditions doivent être respectées afin de prétendre à la prime :

  • Recruter un jeune de 26 ans maximum, entre le 1er août 2020 et le 31 mai 2021 dans la limite de 1,6 SMIC
  • Recruter un jeune en CDD, en CDI intérimaire ou en CDI sur une période de 3 mois minimum, à partir de sa date d’embauche
  • L’entreprise ne doit pas avoir entamé un licenciement économique sur le poste concerné depuis le 1er janvier 2020

Les demandes sont ensuite envoyées à l’ASP ou Agence de Services et de Paiement grâce à une plateforme de téléservice disponible depuis le 1er octobre 2020. L’employeur devra renseigner une copie du contrat de travail, une copie de la pièce d’identité de son représentant, ainsi que celle du jeune salarié. Il dispose d’un préavis de 4 mois à partie du recrutement du jeune afin de réaliser sa demande. Le montant sera alors versé à l’employeur pour le compte de l’État à la fin des trimestres, pendant une année et pas plus. À travers cette aide, le gouvernement entend ainsi l’approbation de 100 000 contrats de professionnalisation et 230 000 contrats d’apprentissage.

Le VTE ou Volontariat Territorial en Entreprise comme tremplin

Ouvert aux étudiants de niveau bac+2 ainsi qu’aux diplômés depuis moins de deux ans, le VTE permet de travailler comme bras droit du chef d’une petite ou moyenne entreprise. Vous serez amené à aider une société des territoires à passer au digital, à se moderniser, à passer à la transaction écologique et à atteindre son premier marché export. Entre autres, vos parrains et marraines consultent votre CV, vos lettres de motivation et peuvent même simuler un entretien. L’objectif étant de vous aiguiller dans votre recherche d’emploi. Cet accompagnement est d’ailleurs beaucoup plus pertinent que dans la majorité des cas, les cadres travaillent dans le même domaine que vous avez visé. Ils ont aussi pour mission de vous apprendre à vous créer tout un réseau professionnel et à le perpétuer. Ils peuvent même vous ouvrir leur carnet d’adresses afin de vous aider dans votre nouveau parcours professionnel. Grâce à ce dispositif, plus de 70 % de jeunes accompagnés par des cadres réussissent à trouver un poste en CDI ou en CDD dans les 6 mois.

Suivre une formation qualifiante

Faute de compétences, il n’est pas rare de voir de jeunes diplômés rencontrer des difficultés pendant leur recherche d’emploi. Face à cette situation, des formations qualifiantes qui recrutent dans plusieurs domaines porteurs d’emplois ont été créées. Effectivement, l’État a énormément investi dans les compétences à travers son plan PIC et a ouvert 100 000 places supplétives pour ces formations. Ainsi, vous pourrez acquérir directement de nouvelles compétences afin de déceler un travail : numérique, tourisme, santé, industrie, transition écologique…

S’inscrire à Pôle emploi

De nombreux jeunes pensent que s’inscrire à Pôle emploi ne représente aucun intérêt pour eux et pourtant, l’organisme propose plusieurs avantages non négligeables. Outre l’aide à la quête de profession, ce dernier vous permet de réaliser votre transition dans la vie professionnelle.

Avoir accès à la Sécurité Sociale

En vous souscrivant comme demandeur d’emploi, vous avez immédiatement droit à la Sécurité Sociale pour une période d’un an. Il s’agit d’une véritable aubaine pour les jeunes diplômés, étant donné que la quête d’un premier travail stable peut durer des mois.

Profiter des indemnités chômage

Les étudiants sortis de formation initiale ne peuvent pas demander des allocations après leur stage. Ce qui n’est pas du tout le cas des alternants (contrat de professionnalisation et d’alternance) qui peuvent profiter d’indemnités chômage. Certaines conditions doivent toutefois être réunies pour cela : être en quête de travail et avoir travaillé pendant 4 mois pendant ces 28 derniers mois.

Découvrir des ateliers de développement

En fonction des régions, l’organisme organise de façon régulière des ateliers consacrés aux jeunes diplômés. Réalisation de CV, rédaction d’une lettre de motivations, simulation et mise en situation d’entretiens…, plusieurs thèmes y sont abordés et développés par des experts. Un Accompagnement Intensif Jeune ou AIJ a aussi été mis en place afin d’accélérer la recherche des jeunes de moins de 30 ans : rencontre avec des employeurs, préparation à l’entrée dans le métier, méthodes de recherche d’emploi, etc.

Bénéficier de coût minimisé et de gratuité

Grâce à votre statut, vous pouvez bénéficier de la gratuité des transports pour tout déplacement. Cela dit, quelques régions la restreignent aux nécessités rattachées à la recherche de travail. Vous pouvez également profiter de coût réduit et même de gratuité pour plusieurs sorties culturelles et loisirs (expositions, musées, concert ou cinéma).

Pourquoi est-il avantageux de suivre une formation Data Analyst ?
Comment apprendre l’anglais professionnel ?